Gris / vert-de-gris


L’urgence seule, de capter, les couleurs, de les enregistrer, l’urgence un peu biaisée par la calme certitude des photos, dans la poche, des enregistrements, des bruits qu’on rapportera, urgence un peu biaisée mais pourtant tout de suite, échapper au sommeil, trouver les lignes, saisir les contours, suivre le fil.

Se fier aux impressions. Seul possible. Se fier aux impressions. Très vite. Quelques jours à passer ici, dont des heures enfermées dans un sous-sol, ou dans une salle sans âme, sans lumière, sans jour, donc, très vite, se fier aux impressions, trouver un premier fil, le tenir, ne pas le lâcher, obstination, comme toujours. Tenir. Suivre. Ne pas lâcher.

Le plus simple, ce sont les couleurs. Première impression, les couleurs. Gris / vert-de-gris. Corrosion. Couleur de la corrosion. De quoi ? Du monde ? Du froid ? Pourquoi Gris / vert-de-gris ? Pourquoi cette impression, ces obliques, et toujours récurrente, insistante, persistante sur ma rétine, même quand je ferme les yeux, cette couleur, cette nuance de couleur, Gris / vert-de-gris ? C’est du poison, non, Gris / vert-de-gris ? Non.

Tenter le tout pour le tout. La suivre. Pas du poison : la suivre. Suivre cette impression, sans rien savoir de plus. Pas eu le temps de prendre de guide, de préparer le voyage, de savoir quoi voir alors commencer par voir les couleurs, commencer par voir ce Gris / vert-de-gris. C’est une piste, une possibilité. Et puis on n’a pas le temps pour les erreurs, alors ce sera ça, la piste : Gris / vert-de-gris. Et pas le temps pour les hésitations.

Après tout, peut-être … pourquoi pas ? ça peut marcher. Ça en a l’air. Gris / vert-de-gris. Et les obliques. Et les pointes. Mais surtout les obliques. La corrosion. Pour une fois, hors de moi. Alors l’urgence Gris / vert-de-gris, de se défaire de soi, et de la corrosion de soi, et du monde ancien qui corrode, et du mode ancien qui corrode l’être, qui corrode soi, s’en défaire. C’est ça, ce que disent les couleurs et les lumières et les contrastes ? C’est peut-être ça, et pas le temps pour les erreurs. Gris / vert-de-gris. C’est une clef. Avancer.

Si " Gris / vert-de-gris" est une impression juste, et qui se vérifie, alors très rapidement se pose la question des crépuscules dont les nuances doivent être foudroyantes. Elles le sont. Et froides. Elles le sont. Et toujours cette urgence. De la lumière. De vivre. Les voyages n’ont de sens que si nous ne revenons pas tels que nous étions. Se souvenir de changer, de ne pas revenir. Se souvenir de ne pas revenir tel qu’on est parti.

Une première étape dans le voyage, pour qu’il soit. S’assurer de sa capacité nouvelle à percevoir les couleurs.



Isabelle Pariente-Butterlin _ Licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 mai 2012.



|Inventer un y (Venise, Québec, etc …)|
Aux bords du vide
Obliques et rouges
Gris / vert-de-gris
L’immense
Suivre les lignes

mots-clés

Follow IsabelleP_B on Twitter

vos commentaires